Elections TPE 2012 MODE D’EMPLOI.mp4

 

Elections TPE 2012 MODE D’EMPLOI.mp4

 

Licencié pour l’exemple ?

Extrait de l ‘article  L'Est Républicain

Samedi 7 juillet 2012  

Licencié pour l’exemple ?

 

L a direction du centre d’appel des Pages Jaunes de la rue Victor à Nancy a-t-elle licencié l’un de ses télévendeurs pour impressionner le reste du personnel ? Yohann D. qui a l’intention de saisir les prud’hommes et le syndicat FO qui l’accompagne en sont persuadés.

« Dans le centre d’appel de Nancy, l’absentéisme bat des records », explique Frédéric Gallois, délégué FO. « C’est la direction qui l’a dit lors de la réunion plénière du lancement de l’édition 2012. Je pense que c’est à ce moment qu’ils ont décidé de réduire l’absentéisme. J’ai l’intime conviction que le licenciement intervient dans ce contexte. » La direction motive la mise à pied de Yohann D. en raison « d’absences répétées de courte durée » qui « désorganisent la prospection ».

« Je ne comprends pas. Tous mes arrêts maladie sont justifiés ! », raconte Yohann D. embauché en 2006. « Et j’ai toujours donné satisfaction. Mais en 2010, j’ai été opéré et hospitalisé pendant quinze jours. Je cumule dix jours d’arrêt maladie sur une période de sept mois, entre novembre 2011 et mai 2012. Trois semaines avant la convocation, j’étais le meilleur vendeur de l’équipe, le directeur me félicitait pour mes performances et me faisait même miroiter une promotion. »

Les « départs » sont fréquents aux Pages Jaunes. « Ce type d’entreprise se caractérise par un très fort turnover », explique le syndicaliste. « Avec l’absentéisme, c’est un indicateur de mal-être. Une enquête du CHSCT met en évidence le mal-être du personnel en raison de pressions exercées par l’encadrement et d’un management où seul le résultat compte. Quand les gens ne sont plus rentables, on les jette. »

Yohann a-t-il été licencié pour l’exemple ? Joint en début de journée hier, le directeur de l’agence de télévente de Nancy Franck Jaffrennou n’a pas souhaité répondre en direct. Il nous a transmis un communiqué en début de soirée qui confirme bien un licenciement pour « absentéisme », sans en préciser la nature. Mais que ne dit rien de plus. Nous le publions in extenso en fin de papier.

Yohann D. dont le préavis s’achève cette semaine se dit confiant. Le tribunal a en effet donné raison, en appel, à l’une des employées licenciées en novembre 2011 pour les mêmes motifs.

S.L.

Voici le communiqué transmis par la direction d’agence : « L’entreprise Pages Jaunes peut avoir de façon très exceptionnelle, une ou un collaborateur, dont l’absentéisme contrevient aux règles en vigueur dans l’établissement et est préjudiciable aux équipes, aux clients et à l’entreprise. Ce fut malheureusement le cas récemment d’un de nos collaborateurs qui a fait l’objet le 9 mai 2012 d’une procédure de licenciement pour cause réelle et sérieuse. Cette décision est caractérisée par des absences répétées de courte durée et l’obligation pour l’entreprise de le remplacer afin de traiter et de satisfaire ses clients. »

News Spécial Jumpers !!!!!

VRP Spécialistes Tract-page-001

HARCELEMENT SEXUEL: UNE DECISION INTEMPESTIVE

 

 

 

 

 
FO-vos-droits
 
 
 
 
Communiqué

 
 
HARCELEMENT SEXUEL : UNE DECISION INTEMPESTIVE
DU CONSEIL CONSTITUTIONNEL
 
 

FORCE OUVRIERE s’inquiète des conséquences de la décision du Conseil Constitutionnel qui abroge l’article 222-33 du Code Pénal.
Cet article énonçait que « le fait de harceler autrui dans le but d’obtenir des faveurs de nature sexuelle est puni d’un an d’emprisonnement et de 15 000 euros d’amende. »
 
Le Conseil Constitutionnel a jugé l’article insuffisamment précis quant aux éléments constitutifs de l’infraction.
 
Depuis le 5 mai et tant qu’aucune nouvelle loi n’aura été promulguée, aucune poursuite pénale ne peut plus être intentée sur ce fondement.
 
Bien plus, toutes les affaires en cours tombent immédiatement : les enquêtes préliminaires en cours seront classées sans suite, les instructions aboutiront à un non lieu et les décisions non définitives à la relaxe.
 
FORCE OUVRIERE s’étonne qu’il ait fallu 10 ans pour arriver à une décision qui, en créant un vide juridique, plonge dans le désarroi les victimes de harcèlement sexuel.
 
Sauf pour les victimes à demander une requalification en une autre infraction pénale (ex : violences volontaires avec préméditation), ces délits risquent d’échapper à toute sanction et ce sentiment d’impunité du harceleur est intolérable pour les victimes.
 
Reste le terrain prud’homal, si le harcèlement a lieu dans l’entreprise, les articles L 1152-1, L 1153-1 et L 1155-2 n’ayant pour l’instant pas disparu du Code du travail.
 
Pour FORCE OUVRIERE, cette censure du Conseil Constitutionnel exige une intervention immédiate du législateur.
 
FORCE OUVRIERE réclame donc une réaction rapide des pouvoirs publics … même si la future loi ne pourra s’appliquer qu’aux jugements à venir.
 
 
Paris, le 14 mai 2012
 
 
 

 
Anne BALTAZAR, Secrétaire confédérale             Didier PORTE, Secrétaire confédéral
        ( 01 40 52 85 53                                                               ( 01 40 52 83 45
 
 

8anne.baltazar@force-ouvriere.fr                                           8 didier.porte@force-ouvriere.fr 
 

L’espionnage et les écoutes de salariés et de clients dans les magasins Ikea de Brest et de Rouen de 2003 à 2009 ne sont pas des cas isolés

A lire aussi cet inquiétant et néanmoins bien documenté article du journal l’EXPANSION d’avril sur les ”pratiques modernes” de  renseignement et neutralisation des syndicats dans de grandes entreprises, de grandes enseignes, implantées sur le territoire national.

Les briseurs de grève étant l’ultime recours, l’heure est à la prévention, au renseignement, au flicage, à l’analyse des influences et des comportements individuels pour anticipé, gérer si possible neutraliser le risque social dans l’entreprise. Cette manière de faire permet d’éviter de s’attacher, de chercher et d’apporter de solutions aux causes réelles des possibles mouvements sociaux.

FO/PJ

 

L’espionnage et les écoutes de salariés et de clients dans les magasins Ikea de Brest et de Rouen de 2003 à 2009 ne sont pas des cas isolés.

“L’Expansion” révèle qu’Ikea a continué en 2010-2011… et qu’il n’est pas le seul.

Selon nos informations, Ikea a eu recours à ces pratiques en 2010 et 2011 dans son magasin de Franconville (Val-d’Oise). Deux salariés envoyés par une officine auraient intégré le site en vue de récolter des informations. Cette surveillance aurait notamment porté sur des syndicalistes. Les révélations du Canard enchaîné, fin février, sur l’espionnage et les écoutes illégales de salariés et de clients dans les magasins de Brest et de Rouen de 2003 à 2009 semblent donc loin d’être des cas isolés imputables à la seule direction précédente d’Ikea. Mais plutôt une pratique généralisée de surveillance et d’espionnage chez le géant du meuble suédois……

 

http://lexpansion.lexpress.fr/entreprise/ces-barbouzes-qui-espionnent-les-salaries_289177.html

 

” Signez l’appel des 44 pour un observatoire des suicides”

A DIFFUSER le plus largement possible

 

” Signez l’appel des 44 pour un observatoire des suicides et faites circuler ce message !

11 000 morts près de 200 000 tentatives par an, la France connaît un taux de suicides parmi les plus élevés de l’Union européenne ! C’est un problème majeur de santé publique. Pourtant, iln’apparaît pas comme un fait social, seulement comme un drame individuel.

Pour renforcer la prévention, il manque avant tout une meilleure connaissance du suicide : on ne sait rien des suicides liés à la crise, on ne connaît même pas le nombre de suicides chez les agriculteurs, dans l’enseignement, chez les salariés… Il est urgent de connaître pour agir.  

Le cabinet Technologia, en partenariat avec l’association France Prévention Suicides a lancé il y a un an « l’Appel des 44 pour la création d’un observatoire des suicides et des crises suicidaires ». Aujourd’hui, cet appel s’ouvre à tous les citoyens pour faire de la prévention du suicide une priorité de santé publique du prochain quinquennat.

Soutenez cet appel en le signant directement sur le site www.observatoiresuicides.fr destiné à recueillir largement la signature de tous ceux qui s’engagent à soutenir. Faites-le connaître autour de vous.

L’objectif est de recueillir 44 000 signatures de soutien à l’Appel des 44 !

Tous les détails sont sur le site : www.observatoiresuicides.fr